Plantomania
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Plantomania

discussion sur les plantes et les jardins
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-39%
Le deal à ne pas rater :
PNY – SSD Interne – CS3030 – 1To – M.2 NVMe
119.99 € 197.99 €
Voir le deal

 

 Limiter.............

Aller en bas 
AuteurMessage
allopacs
Confirmé
allopacs

Nombre de messages : 820
Localisation : Portes-Les-Valence
Date d'inscription : 28/02/2005

Limiter............. Empty
MessageSujet: Limiter.............   Limiter............. EmptyLun Juil 04 2005, 02:52

Limiter les émissions engendrées par le trafic aérien
En discuter sur le forum "environnement, écologie et nature"

George Bush Intercontinental AirportLa croissance économique mondiale et l’explosion des compagnies aériennes à bas prix ont provoqué un boum dans le secteur du transport aérien. Le trafic passager a augmenté de près de 9 % par an au cours des 45 dernières années, soit 2,4 fois le taux moyen de croissance du produit intérieur brut. Au cours de la seule année 2004, il a progressé de 14 %.
Selon des prévisions, la flotte aérienne mondiale aura doublé d’ici 2020. Mais la médaille a son revers, à savoir l’aggravation de l’impact du trafic aérien sur notre climat. Si les émissions totales de gaz à effet de serre ont diminué de 3 % entre 1990 et 2002 en Europe, les émissions de dioxyde de carbone (CO2) générées par le trafic aérien international ont augmenté de près de 70 %.

En 2002, le trafic aérien international a engendré des émissions qui représentent 12 % du total des émissions produites par les transports au niveau national. Mais l’impact est nettement plus grand si tous les facteurs sont pris en considération. Les oxydes d’azote (NOx) qui sont rejetés par les avions à leur altitude de croisière forment de l’ozone. Ils engendrent la formation de traînées de condensation et de cirrus, qui contribuent également au réchauffement climatique. En 1999, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a estimé que l’impact total de l’aviation serait deux à quatre fois plus élevé que celui calculé uniquement en prenant en considération les émissions de CO2, même abstraction faite des effets des cirrus qui sont potentiellement importants, mais très incertains.

Pour vous donner une idée de l’ampleur du problème, sachez que chaque vol aller-retour entre Londres et New York produit, pour deux passagers, presque autant de CO2 qu’une voiture particulière européenne moyenne en un an.

Ni le Protocole de Kyoto sur les changements climatiques, ni les politiques communautaires existantes ne permettent de s’attaquer aux émissions de gaz à effet de serre provenant du trafic aérien international. Les efforts consentis au travers de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) n’ont, à ce jour, enregistré que très peu de progrès.

Il est urgent d’agir
Sachant que l'on s'accorde de plus en plus à reconnaître au sein de l’Union européenne que l'inaction n'est pas une option envisageable, la Commission européenne étudie la possibilité d’impliquer le secteur dans sa stratégie globale en matière de changement climatique.

Elle a procédé à une consultation via Internet pour déterminer dans quelle mesure l’opinion est sensibilisée à l'impact de l'aviation sur le changement climatique ainsi que pour recueillir des points de vue sur les orientations politiques. Par ailleurs, elle consultera le secteur de l'aviation, les ONG et d'autres parties concernées.

La Commission envisage l’adoption de divers instruments basés sur le marché, partant du principe que si les prix reflètent plus fidèlement les coûts externes, les consommateurs seront plus conscients du coût global de leurs vols, les compagnies aériennes et les avionneurs seront plus enclins à investir dans des technologies respectueuses de l’environnement et les opérateurs aériens seront davantage disposés à revoir leurs méthodes de travail. Cette approche pourrait être complétée par des politiques rationnelles visant à encourager l’innovation technologique.

Les ministres européens des Finances sont par ailleurs favorables à l’introduction de taxes sur les avions. Parmi les autres formules envisagées, citons les taxes sur les émissions générées par le trafic aérien ou l’inclusion des avions dans le système d’échange des droits d’émission de l’Union. Le Royaume-Uni a d’ores et déjà fait savoir qu’il mettrait cette dernière option à l’étude lors de la présidence britannique de l’UE, au deuxième semestre de cette année.

Soutien du secteur de l’aviation
Même le secteur de l’aviation est de plus en plus conscient de la nécessité d’agir. Les aéroports européens ont demandé que les émissions de CO2 soient intégrées dans le système d’échange de droits d’émission à partir de 2008, une proposition soutenue par de nombreuses compagnies aériennes qui n’ont toutefois pas adopté de position commune à cet égard.

La Commission procède à l’évaluation de l’impact économique, social et environnemental des différentes options politiques. Il est probable qu’elle proposera un train de mesures combinées, assorties des arguments qui leur sont favorables et défavorables, lors de la publication de sa Communication à cet égard qui est attendue pour l’été 2005.

Dans une Communication publiée au début de cette année, la Commission a indiqué clairement qu'elle estimait que le champ d’action de la future stratégie européenne en matière de changement climatique devrait englober tous les gaz à effet de serre ainsi qu’inclure le trafic aérien et maritime. Le Parlement européen et le Conseil européen ont également fait état publiquement de leur inquiétude. Le sixième programme d’action pour l’environnement proposait de prendre des mesures afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre générées par l’aviation si rien n’était fait au sein de l’OACI avant 2002. Il semble que le moment soit venu de respecter cet engagement.

En savoir plus
Notre dossier sur le changement climatique
Auteur : Commission européenne
Revenir en haut Aller en bas
 
Limiter.............
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Plantomania :: ESPACE ENVIRONNEMENT ET RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE :: DISCUSSIONS GENERALES-
Sauter vers: